Fête de Lugnasad
 
 
Dans la mythologie celtique irlandaise,  Lugnasad (en irlandais moderne Lúnasa, qui est le nom du mois d’août) est une fête religieuse dont le nom signifie « assemblée de Lug », le dieu-roi qui représente la Souveraineté et l’Homme primordial. Elle a lieu au début du mois d'Elembivios du calendrier de Coligny (approximativement vers le 1er août du calendrier grégorien), symboliquement pendant la période des récoltes.
On trouve aussi une autre appellation à cette fête : Lammas. C’est une fête paysanne majeure car elle marque le temps de la récolte et des moissons en plein cœur de l’été. Traditionnellement cette fête était présidée par les Rois et Seigneurs.
Elle était très répandue parmi les populations celtiques, de l’Irlande en passant à la Gaule, et même jusque parmi les Germains.


 


 
Chez les Celtes, Lug est le Dieu Solaire aux attributs royaux. C’est un dieu "multiple", au-dessus des dieux, c’est aussi un dieu Trinitaire dont le Tribann est un des symboles.
Lugnasad est une fête solaire, il s’agit de la fête du roi dans sa fonction de redistributeur des richesses et d’équité, sous l’autorité des Druides. C’est aussi une célébration en l’honneur de la Terre-Mère, pour ses dons aux hommes notamment.
C’est la fête du blé et des moissons, placée sous le regard bienveillant de Lug qui promet la paix et la prospérité. Il assure l’éternité des cycles de mort et de renaissance, la pérennité des récoltes. Lugnasad est le temps du maximum de fructification de la végétation, le temps de premières moissons.
En tant que première fête après le solstice, elle marque les débuts de la descente vers l’Automne. Mais c’est malgré tout un jour lumineux, ou chacun profite du fruit de son travail et de son labeur, où chacun constate l’avancée de son évolution et peut en jouir. C’est la Fête du Don, de la Richesse sur tous les plans, où l’on offre, reçoit, partage …
Lugnasad marque réellement un temps de quiétude, de pérennité de la Vie et de constance.
C’est un moment très joyeux où se mêle à la solennité du moment, réjouissance, musique, danses, jeux…
Cette fête est placée sous le signe des échanges et de l’amitié : on y vient sans arme. C'est une trêve militaire qui célèbre la paix, l’abondance et la prospérité du royaume. Elle est obligatoire et réunit les trois classes (sacerdotale, guerrière et artisanale) de lasociété celtique
.
Elle est décrite comme une foire de commerce, mais aussi une occasion de régler les contentieux, de célébrer des mariages, d’entendre des poètes et des musiciens. S’il n’y a pas de sacrifice ni de cérémonie religieuse, on y fait des jeux et des courses, similaires aux Olympiades 
grecques.
On lançait sur les pentes une roue enflammée qui illustrait la descente vers l’hiver; et qui terminait sa course dans une rivière, unissant ainsi le symbolisme du Feu à celui de l'Eau.