La fête d'Alban Elfed
 

En pays celtique et dans le druidisme, l'équinoxe d’automne est une fête qui se nomme Alban Elfed.
C’est le jour de la partition entre le haut (monde des vivants) et le bas (monde des morts). C’est l’alternance de Lug et de Taranis, qui nous incitent à bénéficier de la lumière solaire, mais sans refuser le tonnerre, le vent et la brume. Ils sont ainsi une invitation à accepter en nous notre lumière sans renier nos ténèbres, pour concilier toutes les facettes de notre être.

 


 

C’est un jour de remerciement à la Déesse-Mère pour les cadeaux de la moisson et les fruits de la terre qu’elle nous a procurée. C’est aussi un moment de préparation à la pénombre de l’hiver, l’occasion de nous débarrasser de ce qui nous entrave, nous retient à un passé qui n’est plus, l’occasion de couper nos « vieilles branches ». C’est aussi une période qui favorise l’évocation, la réflexion, la synthèse de l’expérience de l’été. Nous accordons alors notre humeur avec la course descendante du soleil et le rougeoiement des feuilles de l’automne. C’est une période propice à la chaleur du souvenir, au retour sur l’année écoulée et sur l’ensemble de notre vie. Le temps est venu de franchir dans l’autre sens la Porte que nous avons franchie lors de l’équinoxe de printemps. Il nous faut passer du temps extérieur au temps intérieur ; d’accueillir de nouveau la Déesse qui viendra doucement nous guider dans le silence de la nuit.
Il est associé à la maturité, à la période de 50 à 70 ans. Le maître mot de cette période est « Évocation ».
   
L’automne est la saison qui est parfois associé à l’élément Eau. C’est le temps des récoltes des fruits de l’année. La terre et la végétation entrent en sommeil. Les graines n’ont plus de vie active. L’être humain doit aller à l’essentiel pour éviter les déperditions inutiles d’énergie. Il doit passer de l’avoir à l’être et sacrifier tout ce qui n’est pas indispensable au maintien de la vie. Il doit aussi préparer son sol pour abriter les graines reçues. Il doit préparer une terre meuble et souple qui pourra donner la Chaleur et l’Humidité nécessaire à leur éclosion future. Il est de sa responsabilité de faire fructifier les graines qu’il a reçues : personne d’autre que lui ne le pourra.

C’est aussi une période de réflexion et d’intériorisation. Il y a un bilan à faire devant la Justice. Elle est symbolisée par le premier signe de l’automne, la Balance, qui marque le point du juste milieu autour duquel tout oscille. Cette période où le jour et la nuit s’équilibrent témoigne du balancement entre un automne extérieur et l’aurore d’un printemps intérieur.
 
Cette fête termine le cycle annuel du calendrier druidique.



http ://calendrier.celtique.free.fr/